Togo :comment faire un élevage de poulets de chair ?

Poulets de chair

Au Togo, il est aujourd’hui possible de gagner sa vie grâce à l’élevage de poulets locaux. En effet, le pays dispose désormais d’un gouvernail, un nouveau référentiel technico-économique de l’institut de conseil et d’appui technique (ICAT), financé par le projet d’appui au secteur agricole (PASA). Découverte !

Conseil et aide pour monter un élevage de poulets de chair

Dans un précédent article, nous vous avions expliqué comment créer un élevage de poules pondeuses. Aujourd’hui, vous allez découvrir comment faire un élevage de poulets de chair, notamment au travers du nouveau référentiel technico économique de l’élevage de volailles. 

Au Togo, l’élevage des volailles locales est très répandu, mais il est traditionnellement pratiqué comme une activité secondaire. En d’autres termes, il est perçu comme une activité de subsistance. Mais cela est en phase de changer. En effet, grâce aux expériences cumulées dans la conduite technique et économique des unités d’élevages commerciaux de poulets locaux, il a été démontré que lorsqu’il est bien conduit, l’élevage est une véritable opportunité de création de richesse. Cela est d’autant plus facilité en raison du référentiel technico économique mis en place au Togo. Ce dernier explique en détail comment mettre en place et planifier les activités au sein d’une unité d’élevage aux normes : gestion économique, technique, financière, et sanitaire.

Concrètement, avec un investissement de départ de 3,8 millions FCFA, un éleveur pourra disposer d’au moins 60 poules locales, construire un poulailler à 5 compartiments et disposer des équipements d’élevage adéquats. A partir de la deuxième année de production, l’éleveur pourrait réaliser un chiffre d’affaires d’un peu moins de 9 millions FCFA, soit un résultat net de 2,8 millions FCFA. 

Quelles aides du gouvernement togolais pour faire un élevage de poulets ?

Le gouvernement togolais a relancé le sous-secteur de l’élevage au travers du PASA, financé par la Banque Mondiale. Résultat : le petit élevage familial a pris une dimension entrepreneuriale, la rentabilité de l’affaire étant garantie au promoteur. Ce projet de relance a fortement contribué à la promotion du petit élevage familial à vocation commerciale, dont les potentialités étaient négligées jusqu’ici. 

Aujourd’hui, 300 éleveurs ont reçu une subvention gouvernementale allant jusqu’à 3 500 000 FCFA par bénéficiaire. Un appui qui s’inscrit dans le cadre de la phase additionnelle de la composante 2 du Projet d’appui au secteur agricole (PASA), consacré à la relance du sous-secteur de l’élevage. L’objectif, comme nous vous l’expliquions plus haut, est d’aider les meilleurs éleveurs opérant à échelle familiale à accéder au statut d’éleveurs semi-modernes, répondant à des normes entrepreneuriales en élevage, capables d’alimenter le marché en produits d’élevage.

Ce programme d’aide, en phase avec l’axe 2 du Plan national de développement, ambitionne par ailleurs de renforcer les capacités des éleveurs des volailles (et autres types de bétails) et leur permettre de développer leurs activités tout en améliorant l’offre locale. 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.